Doyenné de Ciney

Annonciata Kirombo : « L’Eglise est un moteur dans ma vie »

mercredi 2 juillet 2014 par Doyenné de Ciney

Voici l’interview intégrale d’ Annonciata Kirombo parue dans notre journal paroissial « le Grain Nouveau » N°3 de juillet 2014.

Des jeunes pour l’Eglise

… A la rencontre d’Annonciata Kirombo, belgo-burundaise de 26 ans, issue d’une famille de 5 enfants et étudiante en droit. Annonciata a fondé, avec une trentaine de jeunes, le groupe WOZA ce qui, en kirundi (la langue du Burundi), veut dire « Si tu venais ».

Comment as-tu découvert la foi ?

Annonciata Kirombo. Je viens d’une famille très chrétienne dans laquelle la foi nous a été transmise dès la petite enfance. Au Burundi, nous priions le chapelet tous les soirs, en famille. Là-bas, la transmission de la foi, c’est culturel. Arrivés en Belgique, nous avons pu participer à certaines animations destinées aux jeunes : la prière des enfants, la chorale … très jeunes nous avions beaucoup de choses pour soutenir notre foi. Ma rencontre avec la Famille Marie Jeunesse a été une expérience très forte pour moi : fraternité, amusement, foi très profonde. A 17 ans, avec la catéchèse du Chemin Néocatéchuménal, j’ai découvert que la foi venait toucher des choses que je vivais intérieurement.

Quelles implications la foi a-t-elle dans ta vie au quotidien ? Cela a-t-il changé quelque chose dans ta vie ?

Dans mon cas il n’y pas eu vraiment de période ‘avant’ et ‘après’. Je n’ai jamais perdu le lien avec Dieu. Mais à partir du moment où j’ai découvert ce qu’est vraiment la foi et sa réalité dans ma vie au quotidien, j’ai pris conscience du sens du pardon. Avant, quand il y avait des situations de conflit avec d’autres, je pensais toujours qu’ils en étaient seuls la cause. Avec la foi, j’ai compris que c’est d’abord mon cœur que je dois changer. Aller demander pardon à quelqu’un ça libère énormément.
J’ai également compris le sens de se donner gratuitement.

Quels sont tes moyens pour vivre la foi ?

Mon premier moyen, c’est tout d’abord de ne pas vivre ma foi toute seule. J’ai des frères et des sœurs qui me soutiennent, me motivent, avec qui je peux partager mes joies et mes peines, et qui surtout me permettent d’être moi-même et m’acceptent telle que je suis.
Il y a aussi la prière et surtout l’Eucharistie. Ce sont des moments où tu peux te mettre devant Dieu et lui donner tout ce que tu es. Et Lui renouvelle tes forces pour avancer.

Lorsque tu te trouves dans une situation difficile, en quoi ta foi t’aide-t-elle ?

Petit à petit, dans mon cheminement, j’ai appris que les difficultés peuvent être un cadeau. Au début, quand une difficulté se présentait à moi, je faisais « l’aveugle ». Et puis, j’ai commencé à partager mes difficultés avec d’autres. Et petit à petit, je prends conscience que cette difficulté est là pour me faire grandir. Aujourd’hui, quand j’affronte une difficulté je me dis qu’une fois vaincue, celle-ci sera pour moi comme une croix glorieuse. Les difficultés sont là pour nous montrer nos faiblesses et nous aident en quelque sorte à devenir meilleurs. C’est comme passer de la mort à la vie. Toute difficulté surmontée est une résurrection et il me semble que je suis passée de résurrection en résurrection.

Rencontres-tu des difficultés pour vivre ta foi ?

Lorsque j’étais plus jeune et fréquentais la Famille Marie Jeunesse, j’ai eu plusieurs fois l’occasion d’aller en mission avec eux. On me demandait parfois de témoigner. Et souvent je me demandais si ma vie de tous les jours était cohérente avec le témoignage que je donnais. Ma façon de vivre est-elle vraiment en lien avec ce que je dis ? Le témoignage doit d’abord passer par la vie que l’on mène avant de passer par les paroles.
En outre, ce n’est pas facile de témoigner. Aujourd’hui, quand on se dit chrétien, il me semble qu’on est souvent regardé comme quelqu’un qui ne réfléchit pas et qui ‘croit au Père Noël’. Et ce regard me fait mal. Mais j’essaie de passer outre et de partager ce qui m’anime. Ce n’est pas toujours facile. Les medias ont largement contribué à stigmatiser les chrétiens dans des clichés que ne les servent pas toujours. Et donc, certaines discussions que je peux avoir sur la foi avec d’autres jeunes non-croyants deviennent parfois houleuses. Ce n’est pas facile aujourd’hui d’affirmer sa foi. J’ai souvent l’impression qu’on ne parle pas le même langage. Même en essayant de trouver les bons mots pour partager ce que je vis grâce à la fois afin que mon interlocuteur puisse comprendre ou au moins ne rejette pas en bloc tout ce que je dis, j’ai souvent l’impression que mes paroles sont mal interprétées. C’est pourquoi, j’accorde beaucoup d’importance à la formation – par des lectures, des enseignements – afin de consolider ma foi, la rendre plus forte et me rendre ainsi capable de faire face et de trouver le mot juste pour faire passer le message de la foi.
Une autre difficulté que je rencontre c’est que je manque souvent de régularité même dans la prière.

La foi, source de joie ?

La plus grande joie, c’est de me sentir aimée telle que je suis par Dieu. Plus jeune, j’ai souvent cherché à être quelqu’un d’autre, à être différente, à fuir l’image que je me faisais de moi-même. Avec Dieu, je suis comblée. Son amour est inconditionnel. Même si je ne suis pas parfaite, Dieu m’aime. Je ne dois pas être quelqu’un d’autre pour Lui. On ne triche pas avec Lui. Car il est le seul à voir ce qu’il y a au fond de nos cœurs. Il intervient dans mon histoire et tout ce qu’Il fait est bien et cela m’aide à mieux accepter mon histoire.
Enfin, au sein de l’Eglise, je me sens soutenue par ceux qui m’entourent. L’Eglise est un moteur dans ma vie.

Comment en es-tu arrivée à former un groupe ?

Tout d’abord, je ne dirais pas que c’est un groupe mais plutôt un collectif. En 2011, je suis allée avec mes sœurs au Burundi et nous avons visité le monastère de Buta. Ce monastère bénédictin a d’énormes besoins pour assumer sa mission. Quand nous sommes rentrés en Belgique nous nous sommes dit que nous pourrions les aider en enregistrant un CD. Nous avons parlé de cela autour de nous et très rapidement, ce projet a pu prendre forme. Nous avons donc fait un premier album et puis nous avons été invités à animer des rassemblements Et de fil en aiguille, nous avons formé le groupe ‘WOZA’. Ce nom fait référence aux paroles du Christ dans l’évangile selon St Luc au chapitre 18, verset 8 : « Mais le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? ». C’est un peu ça aussi le message véhiculé par les chants. Le Christ, quand Il viendra, nous trouvera-t-Il en train de murmurer ou bien en train de le louer ?

Quel message donnerais-tu aux jeunes ?

Ne reste pas seul. Si tu veux vivre en chrétien, tu as besoin des frères et sœurs dans la foi. Aujourd’hui, dans notre société, il est très difficile de vivre sa foi. Et donc, il est fondamental de ne pas rester seul. Va voir dans ta paroisse, dans les communautés ce qui est proposé aux jeunes !
A ceux qui ont tout laissé tomber ou qui ne connaissent pas Dieu, je leur dirais qu’il est important de prendre le temps de s’asseoir pour réfléchir et se poser cette question : pourquoi je suis sur cette terre ? Et la seule raison pour laquelle je vis, c’est pour aimer. Mais nous sommes limités dans l’amour que nous sommes capables de donner aux autres. Moi, je suis persuadée que le seul qui puisse t’aider à aimer sans limites, c’est le Seigneur. Et quand tu es conscient de cet amour, tu deviens capable du pardon sincère et véritable.

Propos recueillis par les animateurs de la post-catéchèse : Lucie Dujardin, Myriam Marseille, Daniel Donou, Arsène Matati et mis en forme par Luc Desimpel (le 27/04/2014).
Photos : Luc Desimpel

Le groupe Woza :
http://ddbmusic.wix.com/woza
https://www.facebook.com/collectifwoza


Portfolio

Annonciata Kirombo (Photo Luc Desimpel) Annonciata, Myriam, Lucie et Arsène (Photo Luc Desimpel) Annonciata, Myriam, Arsène, Lucie (Photo Luc Desimpel) Annonciata Kirombo (Photo Luc Desimpel)
Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 291 / 97270

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Racine   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.7 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 1

Ce site est une archive. Il n’est plus mis à jour depuis le mois de mars 2017.
Les dernières informations sont sur http://www.doyennedeciney.be !