Doyenné de Ciney

« Dans le match de la vie, tout le monde est acteur ». Abbé Philippe Renard

lundi 11 avril 2016 par Doyenné de Ciney

Une trentaine de personnes constituent l’équipe des visiteurs de malades.
« La tradition est bien ancrée dans notre paroisse, souligne l’abbé Philippe Renard, mais les besoins toujours plus nombreux et variés ». Appel est lancé !

1) On vous connaît comme supporter des Diables rouges ; peut-être moins comme responsable de l’équipe des visiteurs de malades

Mais il y a un lien ; dans le « match » de la vie, tout le monde est acteur. Sur le terrain, Jésus invite les plus faibles, les plus petits en priorité ; pas les plus forts. Les plus belles victoires, ce sont tous les gestes d’entraide qui se passent ( entre des gens de tous horizons philosophiques ou religieux ). Beaucoup de choses se passent à Ciney : des gestes d’humanité, de fraternité… et c’est très beau ( même si ça ne se voit pas toujours, même si on n’en parle pas dans les journaux. ). Le fait d’être attentionné aux autres, particulièrement aux plus faibles est inscrit dans chaque cœur.

2) Etre Visiteur de malades, c’est pourtant un service d’Eglise ?

Oui car en plus de toute cette solidarité déjà existante, la communauté chrétienne, de par sa foi, apporte une dimension supplémentaire. En suivant le Christ ( Dieu venu sur terre ) qui va à la rencontre des malades ( chez la belle-mère de Simon, par exemple ) tout chrétien est appelé à entendre l’appel du plus faible, à être visiteur de malades. Dans la dynamique évangélique, en visitant les malades, c’est Jésus que l’on visite. Le malade devient miroir de Jésus. En cette année de la miséricorde, il nous faut décrypter l’attente de Dieu pour chacun(e) d’entre nous. À la suite et à l’exemple de Jésus, il nous faut discerner quel service nous pouvons exercer, selon nos charismes propres. Dans tout l’évangile, nous voyons Jésus guérir beaucoup de souffrances physiques mais aussi comme médecin des âmes, venant guérir la cécité spirituelle et apporter la paix et la guérison intérieure à ses contemporains ( et nous savons tous combien sont nombreuses et variées les souffrances en ce monde ). C’est donc très beau d’aller à la rencontre des malades ( au sens large du terme ) et de rayonner de la paix et de la joie du Seigneur. Le miracle alors n’est pas un phénomène physique, une guérison spectaculaire ; mais un apaisement, une paix intérieure apportée au nom de Jésus. La miséricorde, c’est l’affaire de tout le monde.

3) L’historique de ce service ?

Il y a une tradition bien ancrée dans notre paroisse, mais l’organisation actuelle est à affiner, car les besoins sont toujours plus nombreux et variés ; les situations évoluent rapidement ; les « piliers » de l’équipe prennent de l’âge aussi et il nous faut constamment tenter de rajeunir les cadres. Nous oeuvrons chacun avec nos pauvretés et il faut sans cesse se remettre en question. Appel est donc lancé à tout qui se sentirait appelé dans ce charisme. Nous le savons, la moisson est abondante et les ouvriers peu nombreux. Point n’est besoin d’être expert en communication, mais de laisser parler son cœur ; d’accepter de donner un peu de son temps, de sa présence bienveillante. On pense parfois trop à soi-même, comme le prêtre ou le lévite de la parabole, alors qu’il nous faut être bon samaritain pour l’autre, le plus faible, le blessé de la vie, l’isolé… des gens que l’on croit bien et qui ont pourtant besoin d’aide ou d’accompagnement. L’attention à l’autre est quelque chose de fondamental dans ce monde d’indifférence. Le Seigneur crie à travers les pauvres, les malades ( et nous sommes tous quelque part pauvres et fragiles ). Actuellement, une trentaine de personnes constituent l’équipe des visiteurs de malades ( plus d’autres personnes qui portent la communion ). Une formation au niveau local est dispensée ( tous les 2 mois environ ), ainsi qu’au niveau du diocèse, afin de rendre le plus bénéfique possible ces rencontres.

4) Pratiquement, comment cela est-il organisé ? Quels malades ? A quelle fréquence ?

Les situations sont diverses : parfois les malades font appel directement au clergé ou à des visiteurs connus, parfois ils sont renseignés par la famille ou des voisins. Notre souffrance est de ne pas entendre l’appel de certains malades, de ne pouvoir couvrir toute notre commune. Le souhait serait d’avoir des antennes, des personnes-relais dans les différents quartiers. Par ailleurs la fréquence de visite dépend de la demande du malade ; il faut personnaliser la rencontre ( parfois prolonger le service en clinique si nécessaire ). On ne fonctionne pas comme un service officiel, mais à la demande, en tenant compte des besoins spécifiques de chaque personne… il faut faire preuve de « souplesse évangélique » !

5) Et dans les homes ?

Le service est bien organisé dans les trois homes cinaciens, avec un prêtre et une équipe pour chacun :
Home Ste Thérèse, où les rencontres ( + distribution de la communion ) ont lieu chaque jeudi matin et j’y célèbre une messe par mois
Home du Sacré-Cœur qui bénéficie de l’accompagnement de religieuses et religieux tout proches ; une messe y est célébrée chaque mercredi ainsi que chaque dimanche à 11 h et la possibilité d’y recevoir les sacrements du pardon ou des malades
Home Ste Marie est une structure plus petite où l’on peut être présent selon la demande, comme pour les personnes à domicile
Une fois par an, l’onction des malades est proposée à tous les résidents, la force de Dieu pour tous les fragilisés

6) Quelles qualités sont requises pour assurer ce service ?

Il faut bien évidemment être sensible aux souffrances de l’autre ; être à l’écoute, avec patience et humilité ; savoir que l’on répond à cet appel avec toutes nos pauvretés. Etre attentionné, rempli de paix et imprégné de l’Esprit du Christ. Il faut savoir s’adapter : un malade n’est pas l’autre ; un jour n’est pas l’autre chez un même malade…

7) Souvenir d’une rencontre mémorable ?

Je me souviens particulièrement d’un monsieur assez âgé, veuf et qu’on m’avait décrit comme « non-chrétien »
« Qu’est-ce que vous voulez ? »
« Je suis prêtre, je viens simplement vous dire bonjour… »
« Je ne suis pas de votre bord, je suis rouge, fils d’ouvrier »
« Ce n’est rien, je souhaite simplement bavarder un peu avec vous »
Au fur et à mesure de la conversation, il me fait part de ses souffrances, lui qui avait été victime de beaucoup d’injustices durant son enfance… Et de découvrir qu’il s’intéresse beaucoup à la religion, qu’il lit des livres et cherche à comprendre qui était Jésus, qu’il connaît remarquablement la bible. C’est lui qui m’a évangélisé finalement ! Lors de la seconde visite, il m’attendait et avait préparé des galettes « vous me ferez de la peine si vous n’y goûtez pas : je les ai faites moi-même comme mon épouse regrettée les préparait dans le temps ! »
Il faut donc parfois « oser » et on peut faire des rencontres miraculeuses

8) On embauche ?

On entend souvent dire que tout va mal ; et pourtant plein de belles choses se passent à Ciney, modestement, humblement, sans bruit ; chaque engagement est une goutte d’eau dans l’océan de la solidarité, mais l’océan n’est jamais composé que d’une multitude de gouttes d’eau !
En ce temps de Carême, l’engagement envers les plus faibles au nom de Jésus est encore plus spécifique et fait écho à ces 3 piliers que sont : la prière, le jeûne et l’aumône. Prière au Dieu qui nous appelle et nous guide, chacun selon ses charismes. L’aumône, c’est se donner, donner de son temps. Le jeûne qui plait à Dieu, c’est aller vers le pauvre, le prisonnier, le malade, comme le précisait déjà le prophète Isaïe ( chapitre 56 ).
Vous me demandez si on embauche ? La réponse est dans les lignes qui précèdent, je pense.
Retenons surtout que c’est Dieu lui-même qui nous envoie travailler à sa vigne ; que c’est en donnant, en se donnant que l’on reçoit…

(Propos recueillis par Jacques Massart)


Portfolio

Abbé Philippe Renard - Photo Yves Teplooukhoff Abbé Philippe Renard - Photo Yves Teplooukhoff Abbé Philippe Renard - Photo Yves Teplooukhoff Abbé Philippe Renard - Photo Yves Teplooukhoff Abbé Philippe Renard - Photo Yves Teplooukhoff
Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 129 / 97270

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Racine   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.7 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 1

Ce site est une archive. Il n’est plus mis à jour depuis le mois de mars 2017.
Les dernières informations sont sur http://www.doyennedeciney.be !