Doyenné de Ciney

Rencontre avec Gilberte Degeimbre, 91 ans, dernière voyante de Beauraing

vendredi 4 avril 2014 par Doyenné de Ciney

Voici l’interview intégrale de Gilberte Degeimbre parue dans notre journal paroissial « le Grain Nouveau » N°2 d’avril 2014.

INTERVIEW INTEGRALE :
Rencontre avec Gilberte Degeimbre, 91 ans, dernière voyante de Beauraing

Marie, soyez là !

Racontez-nous les faits vécus durant l’hiver 1932-1933 ?

Il faisait très beau ( 29 novembre) ; nous allions nous amuser en recherchant Gilberte Voisin, demi-pensionnaire chez les religieuses.
Nous avons sonné à plusieurs portes et nous en avons laissé à Gilberte, pour après !
Albert sonne à la porte du pensionnat, se retourne et crie : « Regardez, la Vierge qui marche sur le pont ! »
Fernande lui dit : « Tais-toi, sot, c’est une auto qui descend la côte de Feschaux. »
Albert reprend : « Je ne suis pas fou, regardez ! » Et nous avons vu une personne habillée de blanc, qui marchait au-dessus du pont, dans l’espace ; Elle était brillante comme une étoile.
Nous avons eu une peur terrible. « Regardez, chère soeur, une dame brillante dans l’espace ! »
La religieuse ne voyait rien.
Gilberte Voisin arrive et crie : »Oh ! Qu’est-ce que c’est, chère soeur ? »
Et la soeur : « Retournez chez vous et taisez-vous. »
Rentrés à la maison, nous expliquons à maman.
« C’est fini, je vous interdis encore d’en parler. » Maman pensait que c’était quelqu’un qui faisait peur aux enfants à l’approche de la Saint-Nicolas.
« Demain, j’irai avec vous. »
Le lendemain en allant à l’école, personne sur le pont !
Le soir, 18h30, Elle était au même endroit, les mains jointes, Elle marchait lentement dans l’espace, dans un sens et dans l’autre.
Le troisième soir, maman est venue.
Les religieuses avaient cadenassé les grilles et lâché deux chiens ; elles avaient renvoyé Gilberte une heure plus tôt.
La Vierge est venue sous l’aubépine, tout près de nous ; Elle nous regardait en souriant ; nous sommes tombés à genoux.
Le 4e soir, nos parents étaient là, avec des amis.
Nous sommes restés sur la rue.
La Vierge est apparue 33 fois ; nous tombions à genoux : « une force nous plaquait au sol. »
Des médecins ont trouvé que nous étions des enfants normaux ; c’était tragique pour nous, on ne nous croyait pas ; maman ne nous supportait plus (papa était mort un an avant) ; nous étions malheureux.
Les interrogatoires ont commencé, nous ne pouvions pas nous parler, nous étions séparés avant, pendant et après l’apparition.
La Vierge nous a demandé d’être bien sages et de prier, de prier beaucoup, de prier toujours.
A la question de Fernande : « Pourquoi venez-vous ici ? » Elle répond : « Pour qu’on vienne ici en pèlerinage. » Elle nous regardait toujours en souriant, puis Elle levait les yeux vers le Ciel.
Le 2 janvier : « Demain, je dirai quelque chose à chacun de vous en particulier. » dit-Elle à Fernande seule.
Le lendemain, Elle a donné un secret aux trois plus jeunes.
Nous tombions à genoux, maman a vu que, à tour de rôle, nous avions tous notre message et cela l’a aidée à croire.
Le 8 décembre, 25 médecins ont fait sur nous des expériences, ils nous ont piqués, brûlés et nous n’avons rien senti.
Les derniers soirs, il y a eu jusqu’à 130 médecins qui ont laissé leur carte de visite...plus tous les autres !!!
Le 3 janvier à :
– Andrée : « Je suis la Mère de Dieu, la Reine des Cieux, priez toujours. Adieu »
– Gilberte Voisin : « Je convertirai les pécheurs. Adieu. »
– Fernande : « Aimez-vous mon Fils » M’aimez-vous ? Alors, sacrifiez-vous pour moi. Adieu. »

Les derniers soirs, en ouvrant les bras, Elle a montré « SON COEUR D’OR. » Il était de la grosseur d’une orange, lumineux comme si des piles étaient dedans.

Qu’avez-vous ressenti à ce moment-là ?

Nous étions heureux, heureux, heureux. Plus rien n’existait sauf Elle et nous. Après, nous tombions dans un puits tout noir.

Aujourd’hui ?

Je ressens le désir de La revoir. Chaque soir, à l’aubépine, je me dis : « Peut-être qu’aujourd’hui ? »
J’espère encore La revoir aujourd’hui.

Quel message souhaitez-vous livrer aux jeunes ?

– Avoir une grande confiance en Elle
– Savoir qu’Elle les écoute , comme Elle nous écoutait en souriant
– La prier parce qu’Elle écoute. La prier ici, à Beauraing comme Elle nous l’a demandé. »

Propos recueillis par soeur Marie-Cécile et Véronique Antoine
Photo de Gilberte Degeimbre : Yves Teplooukhoff


Portfolio

Les voyants de Beauraing Gilberte Degeimbre (photo Yves Teplooukhoff) L'Aubépine Notre-Dame au Coeur d'Or Le pape Jean-Paul II au sanctuaire de Beauraing
Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1384 / 97270

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Racine   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.7 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 1

Ce site est une archive. Il n’est plus mis à jour depuis le mois de mars 2017.
Les dernières informations sont sur http://www.doyennedeciney.be !